vendredi 13 décembre 2013

Promenade le long du Naviglio Martesana


Le Naviglio Martesana est l’un des canaux les plus importants de Milan. Il s’étend sur 38 km et arrive près du centre-ville, au Nord-Est. En réalité, le canal se termine (ou commence, si l’on part du centre) au croisement avec le fleuve Lambro, situé à environ 5km du centre. Il est possible de se promener le long de la rive de la partie citadine (rive Sud) grâce à un chemin piéton. Il peut donc être agréable d’y faire une petite promenade ou bien un tour de vélo, même si en ce moment le canal ne semble pas très accueillant.


L’une des deux rives est piétonne, on peut donc s’y promener en toute tranquillité.

À certains endroits, on croirait presque admirer un paysage de bord de Loire (j’ai bien dit presque !). De plus, on peut y voir toutes sortes d’animaux : des mouettes, des pigeons, des poules d’eau, des canards, des chats… et des ragondins qui font leur toilette.








En s’éloignant de la via Padova, la nature reprend ses droits. On arrive dans une zone assez peu accueillante bien que calme, avec des terrains vagues, et le chemin arrive jusqu’à la tangenziale (le périph) où cette tranquillité s’évanouit brusquement. Arrivé à cette route, on a l’impression de trop s’éloigner de la ville, sans vraiment savoir où l’on va atterrir.






La partie citadine du Naviglio Martesana semble pour le moment à l’abandon. En réalité, le canal a été asséché sur près de cinq kilomètres, à partir du croisement avec le fleuve Lambro jusqu’au centre de la ville. Une opération de nettoyage est actuellement en cours afin de retirer les ordures qui se trouvent au fond. En ce moment, les feuilles mortes qui jonchent le lit du canal lui donnent un aspect insalubre. On y voit des traces de pneus, et on peut même contempler un magnifique tas d’ordures et de métaux rouillés, ainsi que des arbres coupés dont les branches s’entremêlent au sol.



Cette partie du canal ne semble donc pas très accueillante, et il ressemble plus à un marécage qu’à un lieu où l’eau s’écoule paisiblement, pour l’instant en tout cas. La période d’assèchement du canal devrait durer jusqu’à la fin du mois de décembre d’après le site de la mairie de Milan.



Conclusion :
La rive piétonne du Naviglio Martesana est un lieu idéal pour qui veut y faire une promenade ou un jogging matinal. C’est un lieu calme, à parcourir de préférence quand il fait beau (évidemment). En résumé, le Naviglio Martesana est un lieu assez intrigant.



















Texte et photos : Florian


Chez Christian : nom français = très bonne pâtisserie


Julie habite vers l’arrêt de métro « Rovereto », et il y a une pâtisserie à l’angle de la rue où elle habite, appelée « Christian pasticceria ». Elle lui faisait de l’œil depuis le début de l’année, mais elle n’avait encore jamais osé y entrer. Par un bel après-midi de mars, nous avons décidé d’y aller pour enfin goûter des gâteaux qui donnaient l’eau à la bouche lorsque nous passions devant les vitrines.

Cette pâtisserie fait partie de la chaîne de magasins « Christian pasticceria », possédant plusieurs points de vente dans Milan et ses alentours, dont un à via Giacosa, où nous sommes allés. C’est une pâtisserie qui fait aussi salon de thé, et qui propose donc deux possibilités : à consommer sur place ou à emporter. Il est particulièrement agréable de s’y arrêter après une dure journée de labeur.

Nous y sommes déjà allés deux fois, et à chaque fois nous avons vu beaucoup de clients emporter des petites mignardises, une de leurs spécialités. Le magasin semble rencontrer beaucoup de succès, peut-être grâce au prénom français.

Ils proposent donc des mignardises de toutes sortes, des tartelettes, des superbes « torte » (gâteaux), des viennoiseries, des chocolats ou encore du pain. Comptez environ 5€ pour un bon petit goûter, comprenant à peu près cinq mignon et une boisson.

Le petit plus, c’est qu’ils sont non seulement ouverts tous les jours de la semaine mais aussi le week-end. Ils ont un site internet pour consulter les horaires et les adresses des différents magasins. Ils y exposent également quelques photos de leurs réalisations et produits.

Nous vous recommandons vivement ce petit salon de thé où l’on mange bien et à un prix très raisonnable. En ce qui nous concerne, nous l’avons déjà adopté, et à la fin de l’année nous ne compterons plus les passages effectués (et les kilos pris) dans ce lieu bien accueillant.




Par Julie, Sofiane et Florian.

Le petit guide d’une accro au shopping






Comme toute fille qui se respecte, j’estime qu’il est assez important d’écrire un article sur les endroits où on peut faire du shopping à Milan car c’est tout de même la capitale de la mode !

Je vais surtout vous parler des endroits “abordables” pour nos bourses d’étudiants. Il existe deux rues où l’on retrouve toutes les grandes enseignes : corso Buenos Aires et via Torino.

Pour aller en métro au corso Buenos Aires, il faut s’arrêter à Lima (M1) ainsi on arrive au milieu du cours ou bien à Loreto (M1) afin de commencer au début du cours et ne rien manquer. On y trouve H&M, Mango, Zara, Sephora, Bershka, toutes les marques auxquelles nous sommes habitués en France et même un Yves Rocher !

Via Torino, elle se trouve à côté de la piazza del Duomo. Pour s'y rendre il faut donc descendre à l'arrêt Duomo (M1 ou M3) et ensuite marcher un petit peu. On peut la reconnaître de loin en y apercevant un énorme Zara qui marque le début de la rue.

Il y a à peu près les mêmes enseignes dans ces deux rues, même si j’ai une petite préférence pour via Torino. Mais si vous voulez davantage profiter du soleil, il est peut-être plus conseillé d’aller corso Buenos Aires car tous les immeubles le cachent via Torino (quand il y en a).

Si vous êtes un peu nostalgiques du pays, il y a des enseignes françaises qui ont trouvé leur place à Milan telles que la FNAC qui se situe via Torino et qui compte quatre étages, leurs horaires sont quasiment les mêmes qu’en France et on peut même y flâner le dimanche. Il y a aussi un magasin Ladurée si vous avez une forte envie de déguster des macarons bien français, qui se trouve via Spadari, une rue perpendiculaire à via Torino et juste en face il y a le temple de la gastronomie italienne dit « Peck », l’équivalent de Fauchon en France.

Bien évidemment, il y a certaines enseignes que nous ne connaissons pas en France comme OVS qui correspond un peu au H&M italien, Tezenis un équivalent de Undiz, Coin qui est un peu les nouvelles galeries françaises. Il y a aussi beaucoup d’outlets en Italie et il y en a même dans Milan, si vous voulez essayer de trouver votre bonheur à prix réduit.

Pour ce qui est du shopping un peu plus « luxueux », les magasins de haute couture ce n’est pas ce qui manque à Milan ! Il y en a quelques-uns dans la Galleria Vittorio Emanuele II, à côté du Duomo,  dont Prada, Louis Vuitton, Massimo Dutti. Mais c’est via Montenapoleone, via della Spiga et via Sant’Andrea où il y en a le plus. Pour s’y rendre il faut s’arrêter à Montenapoleone (M3). Là vous serez servis ! Prada, Gucci, Dolce & Gabbana, Dior, Bottega Veneta, Louis Vuitton, Hermès, Bulgari, Versace, Celine, Valentino ...Autrement il y a aussi la Rinascente, un magasin qui ne vend que des marques. Il y en a un énorme (sur six étages) à côté du Duomo.

J’espère que mon article vous aura aidé à faire de nouveaux achats !


Julie L

vendredi 8 novembre 2013

Article sur les Transports à Milan (ATM)


Eviter les galères de jour comme de nuit


Note: les tarifs évoqués dans cet article peuvent être sujets à un changement ultérieur de la part d’ATM (Azienda Trasporti Milanesi)
Chers étudiant(e)s, vous venez d’arriver à Milan et vous vous demandez comment vous allez vous en sortir pour le transport?


Tout d’abord, ce qu’il faut savoir c’est qu’un ticket urbain coûte 1€50. Les tickets ont une validité de 90 minutes lorsqu’on prend le métro ou le bus, mais lorsqu’on prend le métro il n’est valide que le temps de rentrer dans le métro et d’en sortir.


Ce que nous vous conseillons fortement de faire, c’est une demande de carte de transport ATM, car ayant moins de 26 ans l’abonnement revient à 22€ par mois ou 200€ par an avec accès illimité dans les transports en commun. Il sera donc largement rentabilisé sur l’année! Par contre, il faut faire sa demande de carte le plus tôt possible, car ATM prend son temps pour la faire (environ 2 semaines), ce qui vous obligera à payer des tickets en attendant!


Le carnet 10 voyages est plus avantageux que de prendre des tickets à 1€50  à chaque fois car il coûte 13,80€ (soit une réduction de 1,20€ si si!), et il est plus pratique car une fois acheté vous le gardez et vous l’utilisez comme bon vous semble. Attention par contre à ne pas le jeter ou le perdre. Pour faire votre demande de carte, il existe plusieurs points ATM dans Milan qui se situent aux stations Loreto, Duomo, Centrale, Cadorna, Garibaldi et Romolo (attention: vous allez devoir sortir de l’accès au métro pour y accéder, vous devrez donc payer un ticket pour aller au point ATM ET pour retourner d’où vous venez). Il vous faudra simplement remplir un formulaire accompagné d’une photo d’identité, payer 10€ pour et ensuite attendre...



ATM a aussi développé un réseau de nuit le vendredi et le samedi qui s’avère  être très pratique pour sortir! En effet le métro s’arrête vers 00h30 en semaine. Plusieurs lignes de bus qui reprennent quasiment le même trajet que les lignes de métro sont mises à disposition, les arrêts de bus se situant à proximité des stations de métro. Un ticket validé entre 00h30 et 6h est valide pour toute la nuit.




 
 Si vous avez un chien, il y a une dernière chose à savoir: ce dernier doit lui  aussi payer un ticket pour voyager à bord des transports en commun. Pour plus d’informations à propos d’ATM, rendez-vous sur leur site en italien ou en anglais: www.atm.it/



Réseau:http://bit.ly/13Fr7DW
Réseau de nuit: http://bit.ly/1c4Lk6T

Texte: Florian, Sofiane et Julie 
Photos: ©CJF

mardi 23 avril 2013

Le Palais Bagatti Valsecchi



Située au cœur de Milan, la “maison-musée” des frères Valshecchi est l'une des mieux conservées d'Europe.

C'est à la fin du XIXe siècle que les frères Fausto et Giuseppe Valsecchi décident de construire un palais inspiré des demeures nobles du XVIe siècle en Lombardie. Collectionneurs passionnés d'objets d'art de la Renaissance depuis leur enfance, ils choisissent de décorer leur palais avec les meubles et objets d’époque qu'ils ont accumulés au fil des ans et  qui s’harmonisent parfaitement bien avec l'architecture singulière des lieux. 

Chaque pièce est enrichie de meubles précieux et d'objets d'art. L'objectif des frères Valsecchi n’était pas créer un musée mais bien de construire une habitation noble sur le modèle de celles du XVIe siècle dans laquelle ils allaient pouvoir vivre.


Visiter ce musée, c'est entrer dans la maison de ses anciens propriétaires dont les descendants y vivaient encore il y a vingt ans. C'est une sensation particulière, un saut dans le temps qui donne l'occasion au visiteur d'admirer des objets rares et uniques. On a l'impression que rien n'a changé depuis le XIXe siècle. Le palais Bagatti Valsecchi est certainement l'un des plus beaux musées de Milan!


Texte et photos : Célia Bringuier


Ouverture : du mardi au dimanche de 13h à 17h45
Tarifs : adultes 8 euros, enfants et étudiants 4 euros. Tous les mercredis billet unique de 4 euros.

Comment s'y rendre :
Métro MM3 Montenapoleone
Métro MM1 San Babila
Bus 54, 61, 73 - arrêt San Babila
Bus 94 -  arrêt Piazza Cavour
Tram 1 – arrêt Via Manzoni 

Pour plus d'info:

La présentation du musée sur youtube:
http://www.youtube.com/watch?v=uwrBP6jwGIE

mardi 9 avril 2013

Le Palais Morando et le musée de la mode.




Le Palazzo Morando est un lieu où Histoire et culture se rencontrent et se mêlent à merveille, pourtant il est loin d’être le seul. Ce blog en est la preuve : Milan regorge de musées et de lieux riches en histoire. Cependant, même si ce musée ne doit pas figurer dans la top liste des choses que vous devez voir à tout prix, il reste néanmoins très agréable si vous avez l’occasion de vous y rendre.



Le Palazzo Morando est une élégante demeure du XVIIIe siècle. Il existe actuellement deux parcours de visite :
-          La pinacothèque à laquelle on accède par la cour intérieure conserve une importante collection iconographique qui retrace l’histoire de la ville et illustre les transformations du paysage ainsi que les principales manifestations de la vie milanaise entre les XVII e et XIX e siècles. Depuis 2010, la pinacothèque accueille également la collection de costumes, d’accessoires de mode et de tissus précieux qui était jusqu’alors exposée au Castello Sforzesco. 

-          Les salles de l’appartement du XVIIIe siècle donnent sur la via Sant’Andrea, elles sont richement décorées et nous font voyager dans le temps pour nous faire découvrir “una casa da nobile” du XVIIIe. Parmi les chefs-d’œuvre qui habillent les salles à la décoration raffinée, on remarque en particulier “La preghiera del mattino” du sculpteur Vincenzo Vela qui étonne par son réalisme et sa simplicité.

Le musée est gratuit, voilà donc un excellent moyen d’échapper à une séance de shopping et d’offrir à votre portefeuille une cure de jeunesse sans pour autant vous priver d’un moment de plaisir.


Le musée est accessible depuis les lignes de métro MM1 station San Babila ou bien la MM3 Montenapoleone, le Tram 1-2 ou bien le bus 94.
Il est ouvert tous les jours, sauf le lundi, de 9h à 13h et de 14h à 17h30.

Texte et photos : Célia Bringuier





mardi 5 mars 2013

Remonter le temps dans la villa Belgiojoso Bonaparte




L’on parle bien peu de la villa Belgiojoso Bonaparte à Milan, et c’est bien dommage ! C’est un endroit incontournable, un trésor de la ville qui n’a rien à envier aux autres lieux prisés par les touristes.

Cette villa somptueuse était à la fin du XVIIIe siècle le lieu de résidence du comte Lodovico Bardiano di Belgiojoso. Offerte à Napoléon Bonaparte au début du XIXe siècle, elle devient alors le lieu de rencontre favori des empereurs, aristocrates et hommes de pouvoir. D’importants travaux de restructuration sont d’ailleurs effectués à cette époque afin de donner à la villa la splendeur et le raffinement qui la caractérisent encore aujourd’hui.

 Mais au-delà de sa valeur artistique, cette villa a également une valeur historique. Durant la Restauration, elle devient en effet le lieu de refuge de Heinrich Johann Bellegarde. C’est aussi en ce lieu que « la pace di Milano », le célèbre traité de paix entre l’Autriche et le royaume de Sardaigne fut signé le 6 août 1849. Après cela, Napoléon III choisit lui aussi de faire de la villa sa demeure.
 



Restaurée depuis peu, la villa a retrouvé son éclat d’antan et abrite désormais la galerie d’art moderne. Elle sert ainsi aujourd’hui de lieu d’exposition à la plus grande collection municipale d’œuvres du XIXe siècle. Les tableaux et les sculptures s’harmonisent parfaitement avec le style élégant et raffiné des petits salons ainsi qu’à la décoration et au mobilier d’époque de la villa.


Le jardin à l’anglaise de la villa est un lieu de promenade enchanteur et idéal pour se délasser et apprécier une belle journée ensoleillée. Les promeneurs seront ravis par la fraîcheur apportée par le petit étang et  pourront s’émerveiller en visitant sa grotte et son petit temple.

La villa accueille les visiteurs du mardi au dimanche, de 9h à 13h et de 14h à 17h30. 
LA VISITE EST GRATUITE. Un petit bout de paradis qui se consomme donc sans modération ! Pour ma part, je compte bien y retourner très vite !

Pour vous y rendre (via Palestro 16) :
-          à 200 de la station de métro (ligne rouge) MM1 PALESTRO
-          TRAM 1, 2 fermata piazza Cavour
-          BUS 94, 61 fermata via Senato

Info supplémentaire :  http://www.gam-milano.com/

Texte et photos: Célia Bringuier

lundi 4 mars 2013

En voir de toutes les couleurs au carnaval de Venise




Si vous avez l’habitude de prendre le train en Italie, alors vous savez déjà que ce n’est pas tout rose… Pourtant il y a quelque chose qui est appréciable chez la Trenitalia, ce sont les billets à tarif très avantageux pour Venise ! En s’y prenant un mois à l’avance, il est en effet possible d’acheter un billet et de s’embarquer pour la Sérénissime pour 9 euros, et le voyage en vaut largement la peine ! L’idéal ? S’y rendre en février pour vivre la magie du carnaval et admirer la grande variété de couleurs et de costumes.

Si vous êtes matinal, il est tout à fait possible de faire l’aller-retour Milan-Venise dans la journée mais si vous avez plus de temps et que votre budget vous le permet, offrez vous une ou deux nuits d’hôtel, vous ne serez pas déçu.

Choisissez « Venezia Santa Lucia » comme gare d’arrivée et, de là, le célèbre vaporetto vous emmenera où bon vous semble. Bien sûr la Piazza San Marco est à voir absolument, surtout si vous découvrez la ville pour la première fois, mais le meilleur moyen d’apprécier la beauté de cette ville unique et mystérieuse est de marcher à contresens de la foule et de se perdre littéralement ! Venise à ceci de merveilleux, elle recèle des trésors et des secrets qui ne demandent qu’à être découverts.

Si vous vous rendez à Venise pendant le carnaval sachez que la grande majorité des personnes costumées se montrent sur la place Saint Marc et devant le Palais des Doges. Avant votre départ, consultez le site officiel pour vous informer des évènements à ne pas manquer. « La Vogata del Silenzio » par exemple, la cérémonie de clôture du carnaval semble tout simplement magique.

La durée de votre séjour vous permettra peut-être de visiter les plus célèbres monuments de Venise comme le Palais des Doges, la Basilique Saint Pierre ou encore La Fenice, le célèbre opéra-théâtre vénitien. Vous trouverez sur Internet tout un tas de sites qui vous proposeront des itinéraires qui siéront à chacune de vos envies.
En tout cas, même une excursion d’une journée dans la « Cité des Doges » laisse une très forte impression. On ne peut être indifférent à la splendeur de cette ville.


Texte et photos: Célia Bringuier
Site officiel du carnaval :
Pour organiser votre séjour :
Pour ceux qui connaissent déjà la ville est veulent approfondir :