lundi 7 janvier 2013

Église San Bernardino alle Ossa

-->





Vue de l’extérieur, l’église San Bernardino alle Ossa n’a rien de bien singulier. Il faut dire qu’étant située derrière le Duomo elle fait bien pâle figure comparée à ce dernier. Toujours rien d’exceptionnel lorsqu’on y rentre par une petite porte transversale. L’intérieur hexagonal au style baroque est plutôt sympathique, mais rien de bien transcendant, surtout en comparaison aux églises toutes plus somptueuses que l’on peut trouver un peu partout en Italie.
Mais alors qu’est-ce qui rend cette église digne d’un article, et encore plus d’une visite ? Qu’est-ce qui peut bien la distinguer de n’importe quel autre édifice religieux ?
La réponse ne se trouve pas au cœur de l’église, mais au bout d’un couloir sombre que vous trouverez à votre droite en y entrant. En effet, après quelques mètres vous pénètrerez dans une salle à la décoration pour le moins déconcertante. Autour de vous, des murs ornés d’ossement humains formant croix et motifs divers. Motifs de croix constitués de crânes et os de fémurs croisés donnent une ambiance toute particulière à la pièce.
Mais d’où proviennent donc tous ces ossements ? S’agit-il là du résultat de meurtres en série de touristes venus admirer le spectacle ?
Cette histoire remonte à 1210, lorsque le cimetière attenant parvint à sa capacité maximale et devint donc incapable d’accueillir de nouveaux corps. Les squelettes utilisés appartiennent donc à des prisonniers ou des condamnés de la prison la plus proche, mais également à des religieux, des sans-abri, sans oublier des nobles milanais d’abord enterrés dans les cimetières d’églises voisines. Mais ce n’est qu’en 1695, après l’effondrement et la reconstruction totale de San Bernardino alle Ossa, qu’il fût décidé que le contenu de  l’ossuaire - auparavant simplement stocké en vrac dans la pièce - servirait à en décorer les murs, dans la lignée de l’ossuaire des Capucins de Rome.   
N’ayez crainte, vous pourrez vous approcher afin d’observer les murs sans crainte que les restes d’un moine défunt ne vous assaillent : les différentes mosaïques d’ossements sont protégées par de fines grilles, mais cela ne vous empêchera pas de les observer d’aussi près que vous le voulez, et encore moins de glisser un petit papier sur lequel vous aurez exprimé un souhait comme le veut la tradition.
Mais n’allez surtout pas visiter l’ossuaire le jour de la fête des morts, à moins d’avoir envie d’une expérience extraordinaire. Selon la légende, une petite fille dont les ossements sont éparpillés dans la salle reprend vie tous les ans à cette occasion et sort de l’église, les autres squelettes reconstitués la suivant dans une danse macabre.
Il est certain que cet édifice en fera frissonner plus d’un, mais il s’agit définitivement d’une chose à voir si vous êtes à Milan pour un petit moment.

(Texte et photos)
Louise Blain



2 commentaires:

  1. Bonjour,
    Je vous prie de m’excuser. Je n’ai malheureusement pas trouvé comment vous contacter autrement que par commentaire.
    Je souhaitais vous faire découvrir le service Paperblog, http://www.paperblog.fr dont la mission consiste à identifier et valoriser les meilleurs articles issus des blogs. Vos articles sembleraient pertinents pour certaines rubriques de Paperblog.
    En espérant que le concept de Paperblog vous titille, n’hésitez pas à me contacter pour toutes questions ou renseignements...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour,
      je vous prie de m'excuser pour cette réponse tardive; votre message / commentaire m'avait échappé.
      Le Canard Milanais est un blog créé avec mes étudiants du cours de rédaction à l'ISIT (l'école supérieure d'interprètes et traducteurs de Milan). Nous serions heureux de pouvoir participer avec nos articles à Paperblog.
      Je vous donne mon adresse de courriel pour un contact plus efficace: c.floquet@alice.it
      Cordialement
      Christian Floquet

      Supprimer